La ferme biologique de Rancho Margot

ferme biologique

Nous étions très impatient d’arriver au Costa Rica car c’est peut être le pays au monde dont on parle le plus pour ses infrastructures éco-lodges et fermes biologiques accessibles au public. Avant notre arrivée au Pays nous avions fait des recherches sur les zones agricoles, les addresses à ne pas manquer. Le Rancho Margot est une de ces adresse incontournable pour toute personne intéressé par l’éco-tourisme, l’agriculture biologique, le yoga, l’activité de ferme ainsi que de ranch… le tout réuni à merveille sur les flancs du volcan Arenal.

ferme biologique rancho margot

arenal

Aurélio a été notre guide pour découvrir l’ensemble du site. Il y travaille depuis 4 ans et connaît la ferme parfaitement bien tout en restant humble et toujours à la recherche de nouvelles idées. Entre la découverte des infrastructures (bungalows, restaurant, piscine naturelle), des espèces végétales et animales sur place (oiseaux, grenouilles, poules, vaches, cochons, chevaux), des ressources énergétiques (la ferme est totalement autonome grâce à l’hydraulique et le biogas); c’est surtout la vision de développement durable qui nous a attiré.

rancho margot
La meilleure manière de comprendre le concept de ferme écologique c’est d’en visiter une en fonctionnement.

Voici notre retour d’expérience.

 

Les espèces végétales à Rancho Margot

Le Balsa

Cet énorme arbre n’a que 5 ans. Connu pour son utilisation dans l’industrie, car clair, facile à travailler, nous le découvrons ici sous sa forme naturelle.

ferme biologique ferme biologique
Le balsa est une espèce qui grandit très vite lorsqu’il n’est pas en compétition avec d’autres arbres. Le plus intéressant réside dans le fait qu’il produit énormément de résidus de feuilles qui tapissent le sol de nouveaux matériaux biologiques continuellement. Cet espèce est donc parfaite pour régénérer les sols rapidement, grâce à la quantité importante de feuilles et de graines qu’il produit. C’est un arbre essentiel pour produire suffisamment de matières végétales pour permettre une bonne reforestation. Grâce à ce nouveau sol de nouvelles espèces pourront pousser ici.

Heliconia

Ces fleurs typiques des régions tropicales peuvent pousser de différentes manières pour attirer différents types d’oiseaux. Elles poussent soit vers le haut, soit depuis les branches des arbres vers le bas.

rancho margot rancho margot

 

Les épiphytes

Ces petits arbres ressemblant à des parasites viennent vivre en symbiose sur un autre arbre existant. Elles communiquent avec l’arbre et apportent davantage de biodiversité. A ne pas confondre avec les lianes qui vampirisent l’arbre et lui prennent ses éléments nécessaires à sa survie en l’asphyxiant.

epiphyte

 

Les animaux de la ferme

Les colonies de fourmis

Dès notre arrivée, nous avions remarqué ces colonies de fourmis qui parcourent des centaines de mètres portant de larges bouts de feuilles sur leur dos. Aurelio nous explique que cette colonie est en fait une colonie bien particulière au Costa Rica. Celles-ci ramènent de grosse quantité de feuilles afin de les stocker et de développer des champignons (fungis) qui seront ensuite consommés par la colonie. Par milliers, la colonie se déplace de manière organisée, encadrée par les fourmis soldat qui protègent leur cortège.

IMG_2777 IMG_2778
Une des choses les plus intéressante, c’est le fait que certaines fourmis ont le rôle de contrôler la qualité de la feuille (il s’agit des petites fourmis qui sont transportées sur les feuilles). Le fait de voire ces hordes de fourmis est un très bon signe à l’entrée d’une ferme: cela signifie qu’il n’y a pas de pesticide !

 

Les Colibris, ou hummingbird

Ils sont nombreux au Costa Rica. Ce qui les distingue des autres espèces, c’est leur capacité à battre des ailes en sens contraire grâce à une morphologie particulière au niveau de leurs ailes.
Selon Aurelio, c’est la seule espèce d’oiseau qui en soit capable. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il est indispensable pour le colibri de protéger son territoire. C’est pour cela qu’on les voit régulièrement se battre dans la forêt.

Le momotidae (mot-mot)

C’est un magnifique oiseau à longue queue en forme de raquette. Il en existe 4 espèces dans la région, et 14 dans le monde. On le croise régulièrement sur le site.

La rainette aux yeux rouges ou grenouille du Costa Rica

Cette grenouille verte, bien connue dans le pays, se dissimule très bien sous les feuilles. Nous ne l’aurions pas vu sans l’œil affuté d’Aurelio !
Ses yeux sont globuleux et rouges, et son dos très lisse et doux.

rancho margot rancho margot

 

La rainette doit être éveillée toute la nuit car ses prédateurs sont nocturnes, tels que les chauve-souris, serpents ou certains oiseaux. C’est la raison pour laquelle elle se cache si bien.

Le poulailler

L’entrée est protégée par une grille et un fil électrique car les ratons laveurs sont pugnaces dans le coin!

Le poulailler est divisé en 2 parties: une pour la production de viande de poulet (ceux en dessous de 3 mois), une pour la production d’œufs. Le tout fournissant le restaurant.

rancho margot

 

Leur alimentation est basée sur des produits de la ferme qui ont une bonne teneur en protéine végétale, comme les feuilles de bananiers. Dans beaucoup de fermes traditionnelles les poules sont nourries avec des produits ultra protéinés non naturels. Ici tout fait partie d’un cycle de manière à avoir un produit final totalement bio.

Leur production d’œufs est certes inférieure à celle que nous avons l’habitude de voire dans les fermes intensives. Il ne faut pas s’attendre à plusieurs œufs / jours mais plutôt à 1 œuf tous les 2-3 / jours par poule.

rancho margot rancho margot

 

Aurelio insiste sur le fait que la présence des coqs est fondamentale. Un œuf de poule fertilisé n’a rien à voir avec les œufs conçus sans la fertilisation du coq. Les premiers ont un bien meilleure apport nutritif.

Ici Aurelio, la production est moins importante, mais la qualité ne se mesure pas financièrement.

Aussi, pour ceux qui n’étaient pas au courant, une poule peut pondre jusqu’à 15 jours des œufs à partir d’une fertilisation.

 

Les vaches

Nous n’avons pas pu voire le troupeau de vache mais uniquement leur ration prête pour le diner! Ici en plus de l’herbe, elles reçoivent en complément des bananiers, de la feuille jusqu’au tronc qui est totalement comestible ! Tout est bon dans le bananier, pour les vaches, les poules, les cochons.

 

Les cochons

Ils sont nombreux et notre guide nous expliquent que beaucoup de porcelets sont nés ces derniers mois et que leur production est au dessus de leurs besoins. Pour la première fois ils ont du vendre quelques cochons car le but n’est pas de développer d’avantages l’activité agricole. La solution est donc de rester à un nombre raisonnable de cochon de manière à garder l’équilibre avec le reste de la ferme.
Les cochons en tant qu’omnivore sont assez facile à nourrir: feuilles de bananiers et tous les restes du restaurant sont au menu.

rancho margot cochons

 

Pour le restaurant, en fonction des demandes du chef, un cochon sera de temps en temps abattu pour nourrir les visiteurs. Même si le menu restent souvent végétarien, il arrive que le buffet serve du porc ou du poulet.
Leurs excréments sont récupérés pour le biogaz et évacués par des chappes. Justement c’est la prochaine étape de visite de la ferme: le biogas.

 

Le biogas

A partir de canaux de récupération répartis sur le site, le biodigestor récupère tous les excréments des cochons, vaches, poules etc…
Le site est bien pensé car l’infrastructure se trouve plus vers le bas de la pente de manière à ce que l’écoulement se fasse plus naturellement.

La technique du biogas consiste à récupérer l’ensemble des excréments de la ferme dans une grande cuve et le jus non utilisé est séparé par la gravité. Le solide est mis sous pression afin de fermenter produisant ainsi du méthane. Ce méthane est apporté directement par des tuyaux de gaz jusque dans les cuisines de la ferme.
Les restes avant la fermentation (ou le jus), seront évacués sur les champs pour l’épandage.

 

L’énergie hydraulique

 

L’ensemble de la ferme est autonome en énergie et cela grâce à l’énergie hydraulique récupérée par l’eau de la cascade. Comme le réseau national n’arrive pas jusqu’ici, dès le départ il a été important de définir la stratégie énergétique de la ferme. L’eau étant très présente dans cette région il a donc été logique de s’en servir dès le départ.
L’eau est récupéré 2 km plus haut, et la pression permet de fournir l’ensemble du site en électricité.

rancho margot green roof
Ce qui est intéressant c’est que le Costa Rica est très connu pour son énergie verte. Mais dans la plupart des cas, des barrages sont construit et détruisent des écosystèmes entiers. Malgré cela, le gouvernement continuent de parler d’énergies hydrauliques vertes.

La géothermie, qui a beaucoup de potentiel dans la région volcanique, a elle aussi un impact polluant car elle rejette beaucoup de gaz nocifs.
Enfin, l‘énergie éolienne tuent des milliers d’oiseaux migrateurs qui passent par le territoire Costa Ricain.

 

Le Lombric-compost

Partie essentiel de la ferme, le lombric-compost est bien maîtrisé à Rancho Margot. Le lombric utilisé ici se nomme le ver du fumier ou ver rouge (en anglais le red californian worm). Il est très efficace pour la transformation de la matière organique car il mange l’équivalent de son poids par jour.

lombric compost lombric compost
Les installations sont composées de bacs en bétons, dont les séparations peuvent laisser passer les lombrics d’un bac à l’autre. Le système est pensé de manière à récupérer sur la gauche l’engrais à partir des excréments de vache placés à droite du système.
Les lombrics dans le fonds des bacs, circulent vers la terre la plus fraîche. Il faut compter environ 8 semaines pour que les lombrics transforment un bac de fumier frais en engrais. Ce qui signifie que lorsqu’un bac ne possède plus de vers c’est que la terre est prête à être utilisé comme engrais naturel pour le potager.

lombric compost
De plus, Aurelio nous montre le liquide qui sort de ces bacs. Considéré comme le jus du ver, il est ultra dense et mériterait d’être récupérer pour également servir d’engrais.
Très dense, celui ci est utilisé uniquement autour de la plante et non pas pour les bacs entiers.

 

Le compost

Il est composé des feuilles mortes, déchets naturels, restes de mauvaises herbes, litières des poules et cochons, bouses de vaches, restes de la cuisine etc. Ce compost produit une grande quantité d’engrais naturel vu la taille de la ferme.
Le plus important à retenir c’est que la température au centre doit rester entre 30-50°C. La fermentation doit rester dans cette zone de température de manière à produire un engrais de qualité. Cela se voit par la couleur (bien noir) ou avec un thermomètre.
2 mois et demi plus tard environ, le compost peut être utilisé comme engrais.

compost compost

Le potager de la ferme

Le joli potager de Rancho Margot est constitué de beaucoup d’espèces de légumes, de fruits et d’arbres dont les feuilles sont utilisées régulièrement par la cuisine du restaurant.
Notamment la moringa qui est un des arbres très présent dans le jardin. Il est considéré comme un super aliment car très riche en protéine (2x plus que le yaourt), calcium (4x plus que le lait) et vitamine C (7x plus que dans l’orange).
Aussi, on découvre la feuille du Katuk, une feuille délicieuse et assez rependue en Amérique centrale. Les feuilles sont utilisées par le restaurant notamment pour des tisanes, sauces pesto, grillées avec des légumes ou dans des gâteaux au chocolat.

ferme biologique

 

La confection de savon

La dernière surprise de la visite est que la ferme confectionne ses propres savons. Confectionnés à partir d’huile de cuisson récupérée dans plusieurs restaurants alentours, d’eau et d’hydroxyde de sodium, on obtient ce savon après quelques manipulations très simples et un peu de temps.

organic soap   organic soap
Les restes de savons sont également récupérés pour être remoulés par la suite, il n’y a donc quasiment aucune perte!
organic soap

 

Pour conclure, il faut voire l’ensemble de la ferme comme un cycle naturel ou chaque étape ne peut se dissocier d’une autre. De la production d’énergie, à l’alimentation des animaux et des visiteurs, la création du compost et du jardin potager, tout est pensé en boucle pour permettre à la terre de se renouveler naturellement et de produire des aliments de qualité.

Aujourd’hui la ferme est autonome à 80% et possède une capacité de 60 personnes. Pour les intéressés, il existe plusieurs programmes d’immersions pour affiner ses connaissances en permaculture grâce à un système de volontariat encadré par des professionnels, également des cours de yoga intensifs ou des cours d’espagnol.

Laisser un commentaire