La cuisine cubaine

cuban food

Premier article d’une série de 12 qui nous amènera des Caraïbes à l’Asie du sud-est, ce dernier à pour objectif de vous faire découvrir dans chacun des pays que l’on va traverser : les habitudes alimentaires et les spécificité culinaires, ainsi que des bons plans et nos recettes préférées goutées pendant le voyage.

Les spécialités cubaines

cuba cuisine

 

Pour commencer et pour ceux qui n’ont pas encore eu la chance de partir dans cette île chargée d’histoire, il est bon de rappeler que la cuisine cubaine est assez simple et bien souvent peu épicée. Ils mélangent assez fréquemment le sucré et le salé. On a quand même pu observer dans la majorité des villes que l’on a pu visiter une multitude de paladares, (restaurant d’état) de Casa particulares ou de restaurants privés qui tentent une cuisine plus élaborée et plus variée. On arrive donc si l’on cherche un peu et en demandant conseils aux locaux, à trouver dans toutes les villes importantes des tables authentiques voir innovantes, sans pour autant se ruiner (de 5/10eu par personne).

cuba cuisineimg_9800

 

Le seul problème qui n’est pas d’ailleurs propre à la restauration : la qualité régulière et l’élaboration de recettes nouvelles est bien souvent lier à l’approvisionnement des ingrédients, qui ne sont pas toujours disponibles. Il est ainsi très fréquent de ne pas pouvoir commander un plat à la carte pour cause de non disponibilités des produits de bases de la recettes…

 

cuba marchélegumes biologiques

 

Le repas (desayuno / almuerzo / cena )

Contrairement à chez nous, le repas cubain n’est pas articulé en différentes parties (entrées, plat, dessert). Ce dernier commence ainsi bien souvent par quelques bières/rhum, puis on passe à table où tous plats sont proposés ensemble. Dans la majorité des repas l’on retrouve donc : le riz, les haricots noirs, la yuca (appelé aussi Manioc), le maïs, le porc et le poulet la base de la cuisine dite « créole » (criolla) il est aussi parfois possible de trouver aussi du bœuf (res) bien souvent plus chère et malheureusement assez souvent trop cuit.

diner dans les casasimg_9495

 

Il est aussi bien souvent possible de trouver à la carte du poisson grillée (difficile de vraiment savoir quel poisson on mange… mais c’est toujours très bon et copieux), de la langouste (compter en 8 et 12 eu) et parfois même du crocodile (très savoureux et ressemble à du poulet) si vous vous baladez à côté de playa Giron.

img_9611

Pour ce qui est des accompagnements, même si on commence à observer un changement (dans les marchés et dans certains paladar =/restaurant), les légumes verts sont quand même les grands absents de cette cuisine. Ainsi l’on vous proposera majoritairement en accompagnement : du « Congrí » (mélange de riz et de haricots noirs), des « moros y cristianos » (haricots noirs et riz blanc séparés) des fitures de « platanas » (bananes plantains plus ou moins mûres) ou de bananes frites cuites dans de l’huile qui parfois a plus de goût que la friture elle même…

Il est aussi parfois possible de manger (on vous le recommande) du yucca à la vapeur (délicieux), de l’igname, de la malanga (sorte de patate douce), de la calabasa (courge chinoise énorme) qui vont permettront de varier un peu les plaisirs.

img_0836img_0447

Il est aussi quasiment toujours possible de trouver des salades, qui là aussi manquent cruellement de diversités : elles sont ainsi toujours quasiment composées de laitue (cultivées en grandes quantités à cuba), de tomates (souvent pas mûres et très chères) et de concombres (pepino), voire dans le meilleur des cas de chou blanc et plus rarement d’avocats (eux aussi très chèrs). On a aussi trouver une fois en 25 jours de la bétterave…

Pour les amoureux de desserts, vous risquez peut être d’être un peu déçus même si heureusement que les fruits tropicaux ne manquent pas. En effet à part du flan au caramel (les œufs sont une des seuls denrées abondantes sur l’île), le riz au lait, ou des fruits confits…. (les cubains adorent ça !) On a pu aussi apercevoir de beaux gâteaux … qui circulent dans la journée et malgré leur taux de sucre sont pas mal pour le gouter.

cuba street foodcuba cakes

On vous conseille donc de vous rabattre sur la grande variété de fruits tropicaux (goyaves, papayes / fruta bomba, ananas, mangues, oranges…). C’est dailleurs la meilleure partie du petit déjeuner, les fruits services en grande quantité ainsi qu’en jus (surtout de mangue ou de goyave), quelques toasts avec du beurre, accompagné d’une petite omelette (tortilla) et d’un café con leche ! Ils se sont passés le mot, vous aurez souvent l’exact petit dejeuner dans chacun des casas aux quatres coins de Cuba !

img_0284img_0957

 

Une autre option reste la glace (très economique à seulement 15 centimes). Même si bien souvent là aussi le choix des parfums est assez limités. On vous conseille la vanille qui est bien souvent la meilleure, ou la moins pire.. !

img_0448

 

Le street food à Cuba

Pour les petits creux (à la plage par exemple) ou tout simplement pour les budget backpackers, vous trouverez aussi à tous les coins de rues des petits endroits où vous pouvez mangez pour pas grand chose (entre 20c et 1€), des pizzas (au choix : jambon / fromage / saucisse ) des petits sandwichs (jambon, fromage ou tortilla) et des pâtes biens souvent froides (à la mayonnaise / au fromage / à la bolognaise…). Le dernier, on a pas gouté à vous de nous dire si c’est bon!

Il est aussi possible de trouver une multitude de petite échoppes ambulantes de nourritures bien souvent à un prix défiant toute concurrence, attention par contre à l’hygiène… surtout que la chaîne de froid n’est pas toujours respecté comme on a pu le remarqué dans les stands bouchers partout dans le pays. On croise les doigts jusqu’ici on a pas eu d’effets secondaires !

img_9354img_9812

3 Comment

  1. Julia Thép says: Répondre

    Salut à vous !
    Sympa de lire vos retours sur Cuba ! Niveau culinaire, j’ai eu à peu près le même avis, je rajouterai juste que la viande de bœuf est en grande majorité propriété de l’Etat Cubain (interdiction d’abattre une vache car elle est une force de travail, sauf exceptions…), comme les langoustes il me semble… Mais elles, elles ne sont pas une force de travail, mais plutôt un bon gagne pain pour l’Etat !
    Pour les p’tits dejs, le menu était identique il y a 2 ans de ça, sauf qu’au mois de janvier c’est papaye, jus de papaye, papaye ou jus de papaye ! Dur pour certaines !
    Bonne continuation à vous !

    1. tourdu says: Répondre

      Merci pour ton commentaire;) C’est sûre qu’on en a mangé de la papaye (ou fruta bomba), et sous toutes ses formes ! Cuba est un pays très intéressant, mais c’est vrai que niveau culinaire ce n’est pas la plus diversifiée. On a récemment gouté un porc caramélisé à la papaye, au Nicaragua, et pour le coup c’est une bonne idée pour varier les plaisirs..!!

    2. tourdu says: Répondre

      Merci pour votre commentaire, nous ne savions pas cela concernant la viande de boeuf. En effet pour les langoustes, c’est un sacré monopole gastronomique, ils en servent partout ! Malheureusement, la cuisson n’est pas toujours maîtrisée!
      Sur ce, un petit jus de papaye pour démarrer la journée ?! 😉

Laisser un commentaire